Horaire des MessesBaptêmesCommunion, confirmation, éveil à la foi, catéchuménat...MariageFunéraillesServices

 

Et en plus à Ste-Gertrude :

Samedi 10 juillet à 18h00

Dimanche 22 août à 10h00

Et à Notre-Dame du Sacré-Coeur :

Dimanches 1er / 15 / 29 août (et pas samedi 28 août)

Et à St-Antoine :

Samedi 28 août à 18h30 (et pas dimanche 29 août)

HORAIRES VACANCES 2021

Messes du weekend en juillet

Samedis : 18h30 St-Antoine

Dimanches : 10h30 Notre-Dame du Sacré-Coeur

Messes du weekend en août

Samedis : 17h00 Notre-Dame du Sacré-Coeur

Dimanches : 10h30 St-Antoine

Horaire des messes
de semaine pendant l'été :

Jeudis : 18h30 à Saint-Antoine

Vendredis : 18h00 à Notre-Dame du Sacré-Coeur

 Soyez dans la joie et lallgresse

« Soyez dans la joie et l’allégresse » (Pape François)

Je viens de terminer la lecture/étude/rumination de l’exhortation apostolique de notre pape, au sujet de « l’appel à la sainteté dans le monde actuel. »

Je l’ai lue dans une édition Lessius, présentée et annotée, et traduite dans un français très lisible, chaque chapitre suivi de quelques questions. (L’étude en avait été commencée sous la houlette du Père GRENET, sj).

Et d’abord une remarque : c’est vraiment adressé à tout un chacun.

L’appel à la sainteté nous concerne tous, il n’est pas réservé aux martyrs des temps anciens, pas plus qu’aux papes, religieux, et autres VIP dont les « vertus héroïques » ne font pas débat.

Comme le dit la préface, « tout baptisé qui, dans la faiblesse de sa vie, s’ouvre à la force de la grâce, devient porteur d’une mission où se réalise peu à peu sa vocation (personnelle) à la sainteté. »

« N’aie pas peur … de la sainteté, écrit le pape François, elle ne t’enlèvera pas tes forces, ni la vie, ni la joie : c’est tout le contraire » ou encore : « c’est cela le chemin de la sainteté : suivre le Christ et mettre Sa Parole en pratique… », et cela nous devient « une joie capable de donner du sens à l’existence ».

« Soyez dans la joie et l’allégresse » (2)

D’abord, remarquons tout de suite que la sainteté, ce n’est pas d’en approfondir la théorie et puis d’en rester là ! Non, il s’agit surtout de passer à la pratique.

Pas d’intellectualisme déplacé donc, mais bien une « incarnation » de la Parole de Jésus dans nos vies courantes.

Les « saints de la porte d’à côté », (l’expression est du Pape François), ne seront peut-être jamais vénérés sur nos autels, mais leurs noms sont inscrits dans le cœur de Dieu.

Et ne nous laissons pas décourager par nos défauts, nos péchés, nos fautes et nos manques, car être saint, c’est aussi admettre nos limites et accepter de ne pouvoir réellement compter que sur la grâce de Dieu.

En bon jésuite, le pape nous encourage à prier avec St Ignace : « Ton amour, Ta grâce me suffira ». Humblement.

« Soyez dans la joie et l’allégresse » (3)

Je devrais pouvoir aujourd’hui entamer le cœur du sujet, càd le chapitre que le pape consacre aux Béatitudes et au Jugement dernier.

Qu’il me soit permis d’abord d’insister : N’hésitez pas à lire vous-même cette « exhortation apostolique », le texte du pape est très clair, (et le livre n’est pas une brique onéreuse).

Mais, pour résumer, je dirais : « il faut prendre l’Evangile au sérieux. »

Les Béatitudes sont bien connues des chrétiens, alors essayons d’en adopter une et de la vivre…. Et ne surchargeons pas la radicalité du texte par des interprétations trop édulcorantes qui en émousseraient le tranchant.

Les Béatitudes devraient nous remplir d’énergie : c’est à ce bonheur-là que nous sommes invités. Et sa première caractéristique, nous dit le Pape François, c’est un certain réalisme, une prise au sérieux, concrète, de l’existence.

Le Dieu de la révélation nous fixe ses rendez-vous dans l’ordinaire de notre vie de chair, jusqu’au jour du jugement, où, (cfr St Matthieu), Il reconnaîtra ceux et celles qui Lui appartiennent, « non pas ceux et celles qui disent : ‘’Seigneur, Seigneur’’ mais ceux et celles qui auront mis en actes la charité. »

« Soyez dans la joie et l’allégresse » (4)

Le chapitre 4 de l’exhortation que le pape nous adresse traite de quelques caractéristiques plus spécifiques à notre monde actuel.

Aux yeux du Pape François, notre époque est surtout triste et anxieuse, individualiste et stressée. Il faut donc que les chrétiens d’aujourd’hui compensent ce manque d’espérance et de ferveur par une sainteté spécifique, une attitude spirituelle bien caractéristique.

Il nous faut en premier lieu, dit le pape, nous décentrer de nous-mêmes et nous ancrer solidement en Dieu qui nous aime ; cela nous donne une force intérieure, de l’endurance, mais aussi patience et douceur ; et cette douceur, antidote à la violence, cette douceur qui pacifie le cœur, est une grâce à demander et à savoir recevoir. L’humilité, d’ailleurs, est une vertu utile à pratiquer.

Une autre caractéristique de la sainteté nécessaire au monde actuel est la joie.

Une joie fille de la charité, qui ne se confond pas avec les joies faciles et superficielles du monde mais qui s’installe au plus profond de notre âme.

Le courage ensuite, celui de quitter nos zones de confort pour témoigner du Christ jusque dans nos périphéries, et enfin la vie communautaire – la sainteté se pratique en église - sont deux autres caractéristiques essentielles à la sainteté actuelle, aux yeux du pape.

Et il termine ce chapitre par la prière : un saint vit toujours en relation, en dialogue, avec Dieu, le Tout-Autre.

« Soyez dans la joie et l’allégresse » (5/fin)

Le chapitre 5 va nous surprendre : pour ceux qui seraient « tentés » par le défi de la sainteté, le Pape François tient à nous prévenir, qu’ils sachent bien qu’ils pourront aussi être tentés par le diable.

Le pape ne nous le cache pas, la vie est une lutte, un combat contre les forces du Mal. Ce n’est pas un mythe, insiste-t-il. Mais surtout, et sachons le bien aussi, s’il est absolument impossible de vaincre le diable par nos propres forces, en fait, la victoire nous est déjà acquise par Jésus le Christ Notre Seigneur.

Habituons-nous donc à identifier les tentations et appuyons-nous toujours sur la grâce de Dieu.

« Nous avons pour le combat les armes puissantes que le Seigneur nous donne : la foi qui s’exprime dans la prière, la méditation de la Parole de Dieu, la célébration de la messe, l’adoration eucharistique, la réconciliation sacramentelle, les œuvres de charité, la vie communautaire et l’engagement missionnaire. » (162)

Enfin le pape termine en traitant du discernement.

Amicalement vôtre

Agnès Vangrunderbeek

Fait à Etterbeek, le 4 juillet 2021

Bandeau messe noel

 

 

logo RCF

 Ecoutez en direct la radio chrétienne RCF